Tweeter button
Facebook button
Tweeter button
Facebook button
Imprimer cette page Imprimer cette page

Envoyer cette page Envoyer cette page

La librairie du manager

Effet de position et de dispositions

Tout comportement, explique le sociologue Raymond Boudon , résulte d’un effet de position et de dispositions. En simplifiant, cela veut dire que le comportement d’une personne s’explique à la fois par ses dispositions individuelles (mentales, cognitives, affectives, sociales,…) et la situation dans laquelle elle se trouve au moment où elle l’adopte. Une pratique managériale est un comportement. Plusieurs critères caractérisent la position du manager. Le secteur : développement, fabrication, ventes,… Mais aussi le niveau de management. Trois sont couramment distingués : le management de proximité, le management intermédiaire et le « top management ». Les managers de proximité utilisent plutôt les règles, les managers intermédiaires les objectifs et les compétences. Quant aux « top managers », eux, ont d’abord recourt aux valeurs : c’est l’esprit des travaux sur le leadership en vogue depuis quelques années déjà . Les combinaisons varient encore selon les stades de développement de l’entreprise, du département, de l’équipe,… En phase pionnière, valeurs et compétences emportent les suffrages. A la maturité, les objectifs sont les plus pertinents. Enfin, le déclin ne peut être géré de manière efficace autrement que par les règles. Pour ne pas parler du degré d’autonomie des collaborateurs et du célèbre management situationnel de Paul Hersey et Ken Blanchard.

Les pratiques, et donc les combinaisons, varient aussi au regard du style du manager. C’est l’effet de dispositions. Le manager directif, celui qui ordonne, sera plus enclin à actionner les règles que les valeurs. Le manager participatif, en revanche, commencera par tirer profit des compétences de ses collaborateurs en exploitant les valeurs.

Enfin, les situations auxquelles les managers sont confrontés évoluent dans le temps, en fonction du cycle de développement de leur équipe par exemple. Au-delà de leur capacité à élaborer la bonne combinaison selon les caractéristiques de la situation dans laquelle ils se trouvent et leur propre style, une de leurs qualités fondamentales réside dans leur potentiel à en faire évoluer les ingrédients, voire leur propension à en changer.