Tweeter button
Facebook button
Tweeter button
Facebook button
Imprimer cette page Imprimer cette page

Envoyer cette page Envoyer cette page

La librairie du manager

Une question d’équilibre

On objectera à juste titre que, pour des raisons de faisabilité et surtout d’équité, il ne peut y avoir, au sein de la même entreprise, autant de systèmes de management que de managers. En même temps, il faut éviter le risque d’une uniformisation abusive. C’est une question d’équilibre entre le standard et le spécifique. On peut réutiliser ici les principes de différenciation et d’intégration élaborés par Paul Lawrence et Jay Lorsch à propos des structures organisationnelles . Les différentes formes de management mises à disposition des managers par les systèmes combinatoires offrent des possibilités de différenciation. Il faut alors définir un certain nombre de principes communs, limitant l’autonomie et l’initiative des managers, mais garantissant cohérence et équité au sein de l’entreprise. L’intégration doit contrebalancer la différenciation, sans que la standardisation ne bride les managers, les empêche de respirer au point de les étouffer.

C’est, comme nous le verrons dans le chapitre suivant, l’un des principaux facteurs clés de succès d’un véritable management combinatoire. Il ne s’agit plus d’appréhender le système de management seulement comme un facteur d’intégration organisationnelle, mais de penser la différenciation et l’intégration du système de management lui-même. Ce que nous pourrions nommer la différenciation et l’intégration managériale, par différence avec la différenciation et l’intégration organisationnelle.