Tweeter button
Facebook button
Tweeter button
Facebook button
Imprimer cette page Imprimer cette page

Envoyer cette page Envoyer cette page

La librairie du manager

Le management par les valeurs se démocratise

Nombre d’entreprises sont si fortement centrées sur la création de valeur économique, tellement ancrées sur le court terme, qu’elles en oublient parfois leurs valeurs. Elles ne parlent plus de leur utilité. Quand elles le font, cela paraît surfait ou suspect. Elles n’ont plus de projets « porteurs de sens » et n’apportent plus de réponse claire à la question que se posent chaque matin chacun de leurs salariés : « pourquoi j’irais travailler ? » . On ne donne pas du sens avec un cours de bourse ou un compte de résultats. Quand les dirigeants ne peuvent plus donner la signification, c’est vers leur manager que les salariés se tournent. A défaut de travailler pour son entreprise, on travaille pour son chef. Dans les enquêtes de climat social, les salariés expriment de plus en plus qu’il vaut mieux un bon manager qu’une bonne entreprise. En outre, les salariés aspirent à être davantage pris en considération comme des personnes avec des attentes et des besoins propres. C’est l’une des grandes évolutions sociologiques des dernières décennies.

Parce que leur discours utilitaire n’est pas personnalisable, les dirigeants ne peuvent plus être les seuls à donner le sens. Le rôle des managers consiste à personnaliser le projet de l’entreprise de manière à permettre à leurs collaborateurs de répondre à la question : « qu’est-ce que cela veut dire pour moi ? ». Si le problème du sens ne peut plus seulement être réglé par la direction de manière collective, c’est aussi parce que, dans un monde plus individualiste, ce qui fait sens pour les uns ne le fait pas forcément pour les autres. Ainsi, le management par les valeurs se démocratise. Chaque manager, quel que soit son niveau hiérarchique, doit contribuer à donner du sens, de la signification au travail et au projet d’entreprise.