Tweeter button
Facebook button
Tweeter button
Facebook button
Imprimer cette page Imprimer cette page

Envoyer cette page Envoyer cette page

La librairie du manager

Management par les valeurs et MPO ne font pas toujours très bon ménage

Valeurs et objectifs ne sont pas incompatibles. Mais, dans les univers où la culture d’entreprise est très prégnante, où on actionne facilement les valeurs pour obtenir de l’engagement, le MPO, plus favorable à la négociation qu’à l’adhésion, risque d’être rejeté.

Les salariés de cette entreprise de cosmétique y entrent comme en religion. Ils intègrent une communauté à laquelle ils sont fiers d’appartenir, à laquelle ils donnent sans compter avec générosité, loyauté. Les opportunités de parcours professionnel dépendent de l’investissement fourni. Rien n’est prédéterminé, chacun est acteur de sa carrière. L’entreprise recrute des collaborateurs autonomes, capables de décoder l’environnement et de s’adapter en permanence. Les managers sont là pour les guider et les encourager, pas pour leur dire comment se comporter. La régulation du système est confiée à la culture et aux valeurs plus qu’aux structures et processus. Il n’y a ni organigramme, ni plans d’actions, ni entretiens annuels ou comptes rendus de réunion. Chacun sait ce qu’il a à faire et s’y tient. Le système est fondé sur l’engagement, pas sur la contractualisation. Plusieurs tentatives d’implantation d’un MPO ont échoué. Ce n’est pas un hasard. La culture réfute de telles pratiques, jugées trop calculatrices.