Tweeter button
Facebook button
Tweeter button
Facebook button
Imprimer cette page Imprimer cette page

Envoyer cette page Envoyer cette page

La librairie du manager

La rémunération : un facteur de motivation parmi d’autres

La relation entre motivation et performance est plus complexe que ce que donnent à croire certains discours. Quelques idéologies, anciennes pour certaines, ont largement participé à ancrer dans l’imaginaire collectif qu’un salarié motivé est performant ; qu’un salarié non motivé n’est pas performant. Cette proposition ne se vérifie que dans certaines situations. Sur une chaîne de montage, par exemple, la performance des opérateurs provient moins de leur motivation que de l’organisation du travail. Ils travaillent sous fortes contraintes, de cadence notamment. Les postes sont spécialisés, les tâches simples, l’autonomie limitée. Ne pas être performant est impossible. Cela reviendrait à se mettre « hors jeu ». Les différences individuelles en termes de performances, quand elles existent, sont très faibles. Non parce que les titulaires des postes sont tous identiques, mais parce que leur espace de liberté est tellement réduit qu’ils sont contraints de se comporter tous de la même manière.

Dans ce type de situations, on obtient de la performance plus avantageusement par la contrainte (organisationnelle, hiérarchique,…) que par la motivation. On peut donc être performant, mais pas motivé. Compte tenu des évolutions techniques, organisationnelles et sociologiques, ces cas de figure sont cependant de moins en moins courants. C’est pourquoi les réflexions sur la rémunération des performances s’étendent à des populations jusqu’à présent beaucoup moins concernées que les cadres, lesquels, bénéficiant d’une plus grande autonomie, façonnent eux-mêmes une partie de leur fonction.